29 janvier, 2016

Retour sur la conférence Leader « Entreprise libérée et holacratie »

Vous étiez présents le mercredi 20 janvier pour une présentation de l’entreprise libérée, version « Holacratie » ; quelques précisions et quelques mots sur les ressentis.


Le contexte était centré sur l’agilité, la responsabilité, l’efficacité de tous et la place de l’humain dans l’entreprise et plus généralement sur « Y a t’il une alternative a la structure pyramidale de gouvernance ? »

L’occasion était propice :

  • Philippe Pinault, sympathique dirigeant de TalkSpirit, société organisée dans le mode Holacratie depuis 2 ans, qui a été un parfait orateur présentant clairement les enjeux et son expérience avec aussi le regard de son collaborateur.
  • Sujets en réflexion chez ESII et déjà abordé au sein de LeadeR.
  • Et vous tous qui vous posez aussi des questions sur la meilleure gouvernance de votre entreprise.

Se réunir, écouter, participer échanger … a déjà permis une avancée dans la réflexion sur la gouvernance de nos entreprises car même si le passage à  l’holacratie est quelque chose de fort et qui peut faire peur a certains  il y a dans ce concept plein d’apports vertueux  pour déjà faire un pas.

Nous avons bien saisi que l’Holacratie fournissait des outils avec un  mode de fonctionnement qui cadrent les choses (a la place des « chefs »  pour beaucoup de préoccupations qu’il serait judicieux de se passer) avec principalement un système d’auto équilibrage basé sur les tensions exprimées et l’évolutivité des rôles en fonction des tensions, la mise en avant des valeurs de la société ainsi que sa raison d’être déclinée a tous ses niveaux.

Beaucoup d’entre vous ont exprimé, avant, pendant ou ensuite, certaines interrogations ou affirmations :

  • Peut-on vraiment en finir avec les « egos » ? ( c’est-à-dire abandonner le principe de la reconnaissance)
  • L’holacratie signe-t-elle la fin des jeux de pouvoirs ?
  • Peut-on construire des relations sociales dans l’entreprise seulement de rôle à rôle ? A savoir dans un système holacratique, peut-on distinguer très clairement et aussi facilement les hommes et leurs rôles ?
  • Certaines personnes fuient la responsabilité : une partie d’entre elles franchiront le pas mais quid des autres ?
  • Pensez vous que, si de graves problèmes surviennent, le dirigeant n’aura pas le choix que de revenir a un système dirigiste
  • Ce qu’il y a de bien dans l’affirmation des rôles et le gestion des tensions c’est que cela permet d’intégrer directement un prestataires extérieur dans l’ensemble.
  • Le terme « Holacratie » n’est pas très heureux ; peut être « Gouvernance en Isocratie » serait plus adapté : le terme « Isocratie » étant au dictionnaire.
  • Si chacun décide de ce qu’il fait je ne vois pas comment ça peut fonctionner (la réponse donnée est que chaque rôle est cadré par sa description précise, les valeurs , la raison d’être, les procédures et règles et les recevabilités et tout ceci est maîtrisé par le traitement prioritaire de toutes tensions qui peuvent naître)
  • L’Holacratie permet déjà de ne plus passer une bonne partie de son temps a s’occuper de problèmes récurrents (déjà traités mai qui ressurgissent )
  • Il y a toujours une stratégie d’entreprise et des objectifs partagés

Tous les types d’entreprise sont concernés par l’Holacratie et ça peut commencer par la mise en pratique dans un ou deux services

A lire : le livre de Frédéric Laloue Réinventer les organisations 

par Jean-Pierre Richard, Vice-Président de Leader, Directeur Général d’ESII