27 avril, 2021

[La Tribune] – Comment cinq réseaux économiques et organisations patronales préparent les virages stratégiques post-Covid

La CPME Hérault, Digital 113, la French Tech Méditerranée, Leader Occitanie et le Medef Hérault Montpellier lancent le Bureau des pairs.

Le rebond économique espéré au sortir de la crise sanitaire nécessitera peut-être pour certaines entreprises de revoir leur modèle économique au regard de ce que la crise aura révélé. Des virages stratégiques vont devoir être pris, avec les interrogations que cela suscite et les risques que cela engendre. Pour sécuriser ces parcours d’entrepreneurs, la CPME Hérault, Digital 113, la French Tech Méditerranée, Leader Occitanie et le Medef Hérault Montpellier lancent une nouvelle initiative : le Bureau des pairs.

Relance et rebond économiques ne rimeront pas forcément avec continuité. Parce que la crise sanitaire du Covid-19, qui chamboule les écosystèmes économiques depuis un an, aura peut-être révélé les limites de certains modèles économiques, se posera alors la question d’un virage stratégique à prendre.

Au sortir d’une période qui aura déjà malmené certaines entreprises, les risques sont importants à bifurquer vers de nouveaux horizons et les interrogations peuvent être nombreuses. C’est pour apporter quelques réponses et aider à sécuriser ces démarches que trois réseaux économiques et deux organisations patronales unissent leurs forces en mobilisant l’intelligence collective au service du développement économique, de l’emploi et de l’ancrage territorial.

La CPME Hérault, Digital 113, la French Tech Méditerranée, Leader Occitanie et le Medef Hérault Montpellier lancent une initiative concertée : créer ce qu’ils appellent un “Bureau des pairs” dans lequel les entreprises demandeuses de conseils trouveront une écoute, un partage d’expériences et des avis sur ses problématiques de transformation.

Donner un avis

« L’objectif est de favoriser le rebond mais pas forcément que dans la difficulté, car l’État a mis des dispositifs d’aide en place, plutôt dans les virages stratégiques que devront envisager certaines entreprises, confirme en effet Samuel Hervé, le président du Medef Hérault Montpellier. Nous n’inventons rien, il s’agit de convoquer des gens de différents horizons pour évoquer des interrogations. Notre ambition est de les aider à valider ou non leurs choix, que ce soit dans la transition numérique, la transition énergétique, l’engagement dans une démarche responsable, une transition organisationnelle, etc. L’idée, c’est de proposer aux entreprises régionales qui en exprimeront le besoin d’échanger pour avoir une vision 360° sur modèle économique et une éventuelle ouverture à des réseaux. Nous donnerons un avis. »

Les initiateurs de la démarche ont établi des critères pour s’assurer que les candidats seront bien ceux qui ont des ambitions de virages stratégiques et non de simple développement de business par exemple. Peuvent ainsi candidater les entreprises existantes depuis plus de trois ans, avec un chiffre d’affaires à partir de 300.000 euros, un minimum de trois salariés, et surtout donc « un projet stratégique ambitieux et motivé ».

« Les entreprises ne sont pas obligatoirement membres ou adhérents des réseaux associés, précise Samuel Hervé. L’idée c’est de mélanger les entreprises et non pas de les recevoir par secteur d’activité par exemple. On ne veut pas faire d’entre soi, l’intérêt étant aussi d’avoir des regards neufs car il parfois difficile de faire un pas de côté, notamment quand on est dans un secteur d’activité très réglementé. Chacun apportera ses succès et ses échecs. »

« Le héros de l’histoire doit être celui qui tape à la porte »

Cinq à six entreprises seront reçues lors de chaque audition pour un entretien concret d’environ 45 minutes. Le premier Bureau des pairs se réunira début juin et sera composé, pour cette première séquence, des présidents respectifs des réseaux : Grégory Blanvillain (CPME Hérault), Julien Feja (Leader Occitanie), Samuel Hervé (Medef Hérault Montpellier), Emmanuel Mouton (Digital 113) et Clément Saad French Tech Méditerranée).

« Nous espérons le faire en présentiel si possible, indique Samuel Hervé. Le héros de l’histoire doit être celui qui tape à la porte. Pour la 1e fois, ce sont les présidents les têtes de réseaux qui s’investissent personnellement, mais ensuite, l’objectif est de mobiliser d’autres personnes, de préférence des chefs d’entreprise et dans une logique désintéressée. »

Ce dispositif, « gratuit et confidentiel », précisent les initiateurs, sera expérimenté sur le territoire de l’Hérault et du Gard jusqu’en décembre puis évalué pour jauger la pertinence de l’étendre sur l’ensemble de la Région Occitanie : « Le choix des cinq réseaux à l’origine de la démarche n’est pas forcément exclusif, nous avons la volonté d’être dans l’intelligence collective et non dans l’ostracisme ».